historique

Ceci est une ancienne révision du document !


A PCRE internal error occured. This might be caused by a faulty plugin

====== Contexte historique ====== ===== Musique, sciences et techniques ===== Depuis la nuit des temps, **l'histoire des instruments de musique et celle des sciences et techniques sont intimement liées**. La facture des instruments pose des questions ardues aux scientifiques et aux artisans et les avancées scientifiques et techniques permettent la réalisation de nouveaux instruments de musique. Ainsi menuiserie et fabrication d'instruments en bois marchent-ils main dans la main depuis la renaissance au moins; le piano n'a pu prendre sa forme actuelle qu'à la condition de pouvoir réaliser un cadre métallique résistant aux tensions colossales de ses cordes; les boîtes à musique sont allées emprunter le papier perforé à l'industrie du textile, perfectionnant ainsi ce qui deviendra le support de données des premiers ordinateurs; ceux-ci en retour permettront par exemple à Iannis Xennakis ou à Pierre Boulez au XX<sup>e</sup> siècle d'expérimenter de nouvelles techniques de composition ou de production du son. Dans ce rapport entre technologie et musique, cette dernière fait feu de tout bois: les limites techniques des premiers amplificateurs de guitare provoquaient une distorsion du son à haut volume qui aurait pu être considérée comme gênante; elle est au contraire devenue un des ingrédients incontournables du rock de ses débuts jusqu'à nos jours. ===== Amplification et synthèse ===== {{ :wiki:violoncelle.png?nolink&200|}} Au XX<sup>e</sup> siècle on voit donc apparaître, en parallèle de la lutherie traditionnelle, deux grandes nouveautés. D'une part l'**amplification**, qui ouvre la porte aux instruments électro-acoustiques et en particulier à l'extraordinaire raz-de-marée de la guitare électrique; comme corollaire direct de cette innovation apparaissent les "effets" (réverbe, distorsion, delay, ...) qui redéfinissent fondamentalement l'attente sonore tant du musicien que de l'auditeur. D'autre part, la **synthèse sonore** qui crée des sons littéralement inouïs à partir de dispositifs électroniques. L'informatique des débuts restera confinée aux laboratoires - pas question d'amener sur scène un //mainframe// des années 60, qui de toute façon serait bien trop lent pour en tirer quoi que ce soit d'utile en temps réel! **Au début du XXI<sup>e</sup> siècle, par contre, les progrès de puissance et de portabilité changent la donne. L'ordinateur peut être amené sur scène, il peut synthétiser du son en direct, simuler à la quasi-perfection les effets analogiques et interagir en live avec des musiciens sur scène.** **Si la guitare électrique a fait œuvre de pionnier dans le domaine, diverses personnes à travers le monde se mettent à explorer les nouvelles possibilités offertes par cette technologie aux instruments de lutherie "traditionnelle".** Certaines applications sont immédiates, évidentes: offrir des possibilité polyphoniques à des instruments monodiques par l'utilisation de boucles ou d'harmoniseurs plus ou moins "intelligents"; offrir des possibilités de moduler l'enveloppe du son à des instruments comme le piano à l'aide de réverbes, delays, voire de sons synthétisés. ===== Lutherie augmentée ===== Engagés dès 2010 dans cette mouvance sans vraiment avoir conscience que c'en est une, Les Chemins de Traverse s'interrogent sur comment appeler ces nouvelles techniques qu'ils expérimentent. //Live looping// est trop restrictif autant qu'ambigu, //Musique électronique// ou //electro// font référence d'autres courants musicaux bien identifiés. //Live electronics// semble pouvoir faire l'affaire un moment mais occulte totalement l'aspect "lutherie traditionnelle", définitoire de la démarche... Au printemps 2014, c'est l'étincelle: la démarche s'appellera **//lutherie augmentée//**, expression dont ils se rendront vite compte qu'ils ne sont pas les seuls à l'avoir trouvée! Il est difficile de savoir qui le premier a proposé l'expression "instrument augmenté". Une des plus anciennes traces écrite semble remonter à un article de M. M. Wanderley datant de 2001: "Gestural Control of Music". Restant assez confidentielle dans un premier temps, cette expression sera reprise en 2007 par N. Bouillot, M. Wozniewski, R. Cooperstock (McGill University) & Z. Settel (Université de Montréal), puis dès 2009 par K. Barkati et Otso Lähdeoja (Université de Paris 8), Markus Noisternig (IRCAM), etc. En janvier 2015, la notion d'instrument augmenté apparaît pour la permière fois dans [[http://www.revuehemispheres.com/|Hémisphères]], la revue suisse de la recherche et de ses applications publiée par la [[http://www.hes-so.ch/|HES-SO]]. ===== Perspectives ===== Nous n'en sommes pourtant qu'aux balbutiements de cette nouvelle page de l'histoire de l'organologie. Si les techniques de synthèse sonore et les effets pour instrument électroacoustiques sont bien connus, leur applicabilité dans un contexte mixte acoustique/électronique reste en grande partie à explorer. Les instruments traditionnels utilisant souvent les deux mains de l'interprète, parfois ses pieds, parfois sa bouche, que reste-t-il comme moyen d'interaction pour augmenter l'instrument? Des pédales MIDI à la pure interaction sonore en passant par les capteurs cinétiques, toutes les pistes sont en voie d'exploration sans que des lignes claires ne se dégagent encore. Et comment gérer le mélange entre "son acoustique" et "son traité"? Essayer de couvrir l'un par l'autre? Tenter de les fusionner dans un son inédit? Ou voir l'augmentation plus comme un accompagnement, une sorte de partenaire de jeu? Ces questions sont évidemment liées à celle du répertoire: que jouer avec un instrument augmenté? Revisiter les classiques? Écrire de nouvelles compositions? Improviser, seul ou en groupe? C'est notamment ces questions que [[http://www.lescheminsdetraverse.net/|Les Chemins de Traverse]] ont commencé à explorer depuis quelques années et désirent creuser plus à fond, pour apporter, modestement et à leur mesure, une pierre au nouvel édifice en construction.